dimanche 22 avril 2018

Les Playmobil passent le week-end à Saint-Jean du Bruel

Ils ont fait entrer tout un univers dans une salle. Il aura fallu presque deux jours pour installer tous les dioramas Playmobil dans la salle d'animation.
Western, pays merveilleux de Peter Pan, pompiers en action, Vikings, âge préhistorique, cirque, nains et dragons, fées et princesses, monde des lapins, constituent les grands tableaus qui occupent la grande salle. L'estrade est le royaume d'Eliott, Wylfrid et Marius, trois frères de 14, 11 et 8 ans depuis toujours immergés dans l'univers Playmobil.
Les grands dioramas appartiennent à Hélène et Jacques, collectionneurs émerveillés, venus à Saint-Jean avec le président, Jean-Pierre, et une petite équipe de Playmobil Hérault, Benoît et Wilfrid. L'association organise chaque année à Montpellier une grande exposition qui couvre 1500 m² de rêve en Playmobil.
Il suffit de voir les yeux des enfants de tous âges pour comprendre que la magie fonctionne aussi dans la salle d'animation de Saint-Jean du Bruel grâce aux passionnés installateurs et à l'association Art Com qui a organisé un week-end où rien ne manque avec musique, crêpes et tombola.











mardi 17 avril 2018

Pas de vacances pour la Prade

Au Bruel, l'ancienne colonie de vacances de la Prade ne connaît plus le repos. Les travaux d'installation de l'école communale de substitution s'accélèrent.
La grande salle du rez-de-chaussée du bâtiment principal se réveille sous une nouvelle couche de peinture blanche. Il ne manquera plus qu'un tableau et le mobilier scolaire pourra prendre place à une extrémité de la grande salle. De l'autre côté, cuisine et réfectoire avec vue sur le verger.
A l'extérieur, c'est la Prade. La vaste prairie, avec son verger récemment taillé offrira beau spectacle aux enfants. Les anciens canaux sont creusés pour guider les eaux qui descendent vers la rivière et les empêcher de se répandre dans la future cour de récréation.
Les travaux vont être interrompus pendant quelques jours pour laisser place aux bénévoles du Trail qui trouveront refuge dans les bâtiments voisins. Quant aux employés municipaux ils auront fort à faire avec l'installation du Trail. L'école provisoire attendra le départ des trailers et le démontage des chapiteaux.
Pour l'instant, place au sport !



dimanche 15 avril 2018

Les samedis de la Maison du parc

La Maison du parc à Saint-Jean du Bruel, quel chahut certains soirs d'été ! Concours de pétanque, brasucades, marchés nocturnes ...
D'autres fois, au premier étage, ce sont des assemblées plus silencieuses qui viennent découvrir une exposition de peinture ou de photographies. Car si tous les deux ans la Maison accueille les Rondes des arts animées par Odile Bastid, elle est aussi le siège de l'association Marco Polo animées par l'inépuisable Luigi di Zarlo, photographe, cinéaste, auteur, chanteur, guitariste e tante cose di più ...
Et voici que depuis quelques semaines Luigi et quelques complices du village et d'un peu plus loin se retrouvent discrètement à la Maison du Parc, installent table de mixage, enceintes et micro et préparent assidument un grand spectacle pour l'été prochain.
D'où vient l'idée ? De Luigi. Quel est son projet ? Faire monter sur scène les Saint-Jeantais, de souche, de coeur, et même ceux qui sont un peu hirondelles.
Au milieu de l'été, c'est dans la salle d'animation que le spectacle sera donné dans une grande farandole de chansons françaises, italiennes ou bien plus lointaines, de danses, de textes et de numéros plus inattendus que nous avons promis de ne pas dévoiler. Les répétitions sont en cours, la liste des artistes n'est pas figée, le samedi après-midi la porte de la Maison du Parc est ouverte ...

 

 


jeudi 12 avril 2018

De nouveaux panneaux pour revisiter notre village

De nouveaux panneaux d'interprétation sont actuellement en préparation. Ils sont destinés à remplacer et à compléter les panneaux déjà installés depuis quelques années dans le centre du village.
D'ici quelques semaines, toujours en partenariat avec le Parc Naturel Régional des Grands Causses deux circuits seront proposés.
Le premier permettra de parcourir le village et d'en mieux connaître le patrimoine historique. Pour l'occasion, il est prévu de doter la mairie, l'église Saint-Jean Baptiste et la Place d'un panneau bien mérité.
L'autre circuit invitera les curieux d'histoire et de technique sur les bords de la Dourbie à la découverte de quelques ouvrages fort anciens, moulins, chaussées et norias, sans oublier dans le centre du village les témoins discrets, lavoirs, fontaines, puits et systèmes d'irrigation qui nous parlent d'une époque pas si lointaine où l'eau courante n'existait pas encore.
L'information de ces panneaux doit beaucoup à ce ux de la première génération et au Bulletin de généalogie de Saint-Jean du Bruel.
Les deux circuits se croisent par endroits et ne manquent pas de réveiller le souvenir des temps forts de la vie saint-jeantaise. On y rencontre une histoire locale plus riche et animée qu'on ne pourrait croire. Ils inviteront bientôt à prendre le temps de découvrir ou de se souvenir qu'il a existé une route très fréquentée entre le moulin Bondon et le château d'Algues, que la Place du manège a accueilli les premiers marchés de Saint-Jean, que le Bruel a connu trois ponts, que le village a eu ses fortifications, que la cloche de l'église fut un jour brisée pour être partagée entre catholiques et protestants, ou encore que Saint-Jean de Roquefeuil s'appela un temps la Sentinelle avant de devenir Saint-Jean du Bruel ...


vendredi 6 avril 2018

Des animaux dans le jardin de Noria

Quelques enfants de la grande section de notre école communale partiront en vacances de printemps avec un petit secret qu'ils essaieront de bien garder.
Ils ont participé ce jeudi après-midi à un très sérieux repérage qui, vu du pont neuf, pouvait ressembler à un jeu.
Mélissa était le héron et le martin-pêcheur, Clara hésitait entre le loup, le chevreuil et la loutre. Qui prendrait la place du héron ? Où serait le sanglier ?
De quoi s'agissait-il ? Que faisait là Frédéric ?
Nos CM2 participent au concours du meilleur petit journal du patrimoine et voici que des silhouettes d'animaux vont venir agrémenter le petit jardin de notre musée de l'eau. Il était tout naturel d'inviter nos petits journalistes à participer à la préparation de leur installation. En moins d'une heure ils ont fait coup double, ils ont aidé à choisir l'emplacement des silhouettes et pris une petite interview de Frédéric qui va être chargé de les installer et qui était fort bien placé pour leur expliquer comment, à partir de dessins transformés en fichiers vectoriels (le 3ème adjoint a repris ses crayons), la machine du ferronnier peut découper des plaques de tôle pour faire naître les animaux de la rivière.
On pourra bientôt apercevoir du Pont Neuf quelques exemplaires de la faune de notre rivière, ceux qui s'y nourrissent, ceux qui s'y abreuvent, héron, martin-pêcheur, loutre et quelques autres. Nul doute que le castor y sera. Mais quels autres avec lui ? Nos jeunes reporters gardent le secret pour leur petit journal du patrimoine ...

 








jeudi 5 avril 2018

Le bout du chemin sera vert

Se donner pour objectif l'abandon complet des produits phytosanitaires menaçait d'être pour nos agents une bien rude bataille à mener. Notre cimetière municipal en est le patient témoin. Il faut en effet remonter au 2 novembre 2016, avec le passage d'une équipe du FREDON, pour voir naître l'idée d'un cimetière vert, aux allées bien engazonnées, tournant résolument le dos à tout produit phytosanitaire.
La transition se ferait lentement, sans pesticides, au rythme des saisons et avec l'aide d'un matériel adapté.
Où en sommes-nous aujourd'hui ?
L'opération est menée en partenariat avec le PNRGC. Elle est subventionnée à hauteur de 70 % par l'Agence de l'eau Adour Garonne et 10 % par la Région pour l'acquisition de matériels spécifiques, et l'engazonnement du cimetière.
Secteur après secteur les engins continuent à tourner, les allées sont griffées, dépierrées autant qu'il se peut, la pelouse est semée et quelques allées commencent à verdir avec assez de vigueur pour que nos agents envisagent de faire passer la tondeuse avant la fin du mois.
 Pour plus d'informations, voir notre article du 3 novembre 2016 : En route vers le Zéro phyto




dimanche 1 avril 2018

La renaissance de Garonne annoncée pour 2019

Le ruisseau Garonne reverra le jour dans la Grand rue avant la fin de l'année. Les travaux d'enfouissement des réseaux secs et le chantier de mise en conformité de l'école communale en fournissaient l'occasion. Il n'en fallait pas plus pour concevoir l'idée de remettre à ciel ouvert le capricieux ruisseau Garonne enfoui depuis de longues années sous la Grand rue.
Toutes autorisations administratives réunies, les travaux débuteront en octobre et devraient se terminer au printemps prochain. Il est prévu d'installer deux petites chaussées destinées à limiter le débit deu ruisseau en période de crue.
Dans sa traversée du village Garonne s era recouvert d'une plaque de verre destinée à ne pas réduire la largeur du trottoir.

jeudi 22 mars 2018

Cérémonie du 19 mars 2018

Ce lundi 19 mars, par trois fois, à Nant, à Sauclières puis à Saint-Jean du Bruel, les membres de la FNACA et les officiels des trois communes se sont regroupés aux monuments aux morts pour rendre hommage à leurs disparus en ce soixantième anniversaire de la guerre.

A Saint-Jean du Bruel, la cérémonie a pris une dimension plus intime après la lecture du message de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d'état aux Armées,  quand Henri Regord, maire, a invité Claude Jaquet à déposer une gerbe au pied du monument aux morts rendant ainsi un hommage particulier à son frère, Pierre, qui fut avec Aimé Couni l'un des deux Saint-Jeantais morts pour la France dans cette guerre.



Pour mémoire, nous citons ici le message de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d'état aux Armées : 

En cette journée nationale, la France rend un hommage solennel à toutes les victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.
Le cessez-feu du 19 mars 1962, issu des Accords d’Evian, annonçait la fin prochaine d’une guerre alors sans nom. Sur les deux rives de la Méditerranée, entre soulagement et blessures, il engendra des sentiments puissants et divers. Pour tous, il y eut un avant et un après. Aux victimes d’avant le 19 mars s’ajoutèrent, les mois suivants, les milliers de drames d’une transition violente.
Aujourd’hui, dans un même hommage, la France pense à toutes les douleurs et à toutes les souffrances, à toutes les familles déchirées et endeuillées, à celles et ceux qui ont enduré la guerre dans leur chair et dans leur esprit.
Aujourd’hui, sans distinction, la Nation adresse sa reconnaissance et sa solidarité.
Aujourd’hui, la France honore toutes les mémoires.
Celle des soldats morts pour la France ou blessés, celle des appelés et rappelés du contingent, des militaires de carrière, des forces de l’ordre de métropole et d’Afrique du Nord.
Celle des civils de France ou d’Algérie qui eurent à subir l’angoisse, les violences et les attentats.
Celle des Français d’Algérie pour qui cette date signifiait la fin douloureuse d’une histoire parfois multigénérationnelle et qui durent commencer une vie nouvelle.
Celle des membres des forces supplétives, des harkis, qui avaient fait le choix de la fidélité à la France. Les semaines qui suivirent furent celles des représailles et de l’exil dans une métropole qui, entre incompréhension et ignorance, manqua à son devoir d’accueil.
Celle des disparus civils et militaires.
Ces années de guerre ont durablement marqué notre société. Soixante ans après 1958, nous nous souvenons qu’elles ont eu pour conséquence la transformation durable de notre République.
Ces déchirures sont désormais une part de notre histoire nationale mais leur souvenir est encore vif dans notre mémoire collective. Porter un regard lucide et objectif sur ces années doit permettre à la communauté nationale de cheminer vers une mémoire apaisée.
Témoigner, expliquer et partager, sont un impératif afin que, des deux côtés de la Méditerranée, les jeunes générations, préparent l’avenir ensemble.


lundi 19 mars 2018

Les chars ont envahi les rues de Saint-Jean du Bruel ...

et sur les chars, des Indiens, Shrek, une cafetière géante, des princesses, des princes ! C'était jour de Carnaval avec force nouveautés et abondance de chars. Le secret de l'APE avait été presque bien gardé et les enfants, aux premières loges sur les chars, ont traversé le village entre chants, rires et confettis.

La fête était si belle que M. Carnaval n'a pas voulu brûler tout de suite. Peut-être savait-il que ce n'était pas fini et qu'on s'était donné rendez-vous dans la salle d'animation pour un joyeux repas tout droit venu du Petit resto de Jean-Paul Sanche, un repas costumé tout en en chansons et en danses.

La soirée s'est terminée dans une démonstration de Salsa emmenée par Madeleine Solano, association Made in Salsa.

dimanche 4 mars 2018

Carnaval 2018, du coup, et en même temps, mais pas que ...

Le carnaval, on connaît, à Saint-Jean du Bruel comme ailleurs, à la fin c'est toujours M. Carnaval qui brûle. Et c'est (presque) toujours la même main qui allume le bûcher. Après, comme toujours, on se débrouille pour terminer la soirée par un bon repas, des rires, des chansons et des danses. Du coup on se dit qu'on sait où on va ... 

Et en même temps, à Saint-Jean, avec le défilé de M. Carnaval, tout est possible. Une année les chars paradent derrière tracteur, une année, c'est fini, plus de chars. Une autre année, un nouvelle parade, mais pas que ... 

Dans l'après-midi du 17 mars prochain M. Carnaval sera promené dans les rues du village, pour une grande parade. Avec ses chars et confettis ... Des chars ! Combien ? L'affiche ne le dit pas mais à entendre l'organisatrice il y en aura plus qu'on ne croit.

Le plus dur, maintenant, reste à faire. Le secret sera-t-il bien gardé ? M. Carnaval a juré qu'il ne parlerait pas. Il aurait même dit que, s'il venait à vendre la mèche, il méritait d'être brûlé !





mercredi 28 février 2018

Une entrée solaire

Voici déjà quelques mois que notre village est passé en zone 30, l'arrêté municipal de limitation de vitesse date du 12 octobre 2015 ... et chacun sait à quel point les panneaux au cercle rouge ont été efficace. Ils semblent être plus facilement entrés dans le paysage que dans les comportements ... Depuis quelques jours, l'entrée de Saint-Jean du Bruel a vu apparaître bandes rugueuses, ligne continue, bien recentrée sur la chaussée, et radar pédagogique sur la D 999 dans la descente conduisant au virage du Malpas qui sait quelquefois confirmer son nom. C'est l'entreprise Midi traçage Languedoc Roussillon, spécialiste de ce type de travaux, qui vient de réaliser ce chantier qui est financé avec l'aide du Conseil départemental.
Le radar est solaire mais il n'est que pédagogique, il n'est qu'une invitation à se montrer bon citoyen, même quand on a ses habitudes.
Et s'il ne suffisait pas, un petit rappel sonore émis par la résine gravillonnée des bandes rugueuses devrait ramener les étourdis à leur sens des responsabilités.
Ce nouveau dispositif destiné à renforcer la sécurité routière dans la traversée du village pourrait être complété par des ralentisseurs dans la Grand rue ou d'autres mesures encore, mais rien ne vaut une petite touche de civisme. Les hommes de bonne volonté, disait Albert Camus, devraient pouvoir se passer de lois ...



mardi 27 février 2018

Le réveil du verger de la Prade

Le site de l'ancienne colonie de vacances du Bruel continue sa mutation. Depuis quelques jours le bruit de la tronçonneuse rythme ses journées tant l'accueil prochain de l'école communale ne concerne pas que les locaux. La prairie qui l'entoure a bien besoin elle aussi de reprendre vie.
L'opération a été confiée à nos agents municipaux, sous la conduite de Frédéric.
Le petit verger situé derrière le bâtiment principal, destiné à l'école, vient d'être taillé, pour son plus grand profit. Quelques peupliers, montés trop haut ou étouffant d'autres fruitiers seront soit abattus soit rabattus.
Encore quelques journées de travail et le grand verger qui borde la route sera lui aussi taillé. Si quelque imprévisible gelée de printemps ne vient pas compromettre la floraison, les enfants de l'école pourraient bien inaugurer leur période scolaire à la Prade par une belle récolte tout droite destinée à une nouvelle fabrication de jus de pomme !




dimanche 18 février 2018

Suivez les flèches

Notre village va connaître de nombreux chantiers cette année. Le plus souvent ils pourront se succéder et parfois, comme en ce moment, ils devront un peu cohabiter. Les travaux d'enfouissement continuent à tracer leur chemin de rue en rue pendant qu'une autre équipe installe les nouveaux panneaux de signalisation des commerces, restaurants, hôtels et lieux publics.

Rappelons pour mémoire que les communes de La Cavalerie, Nant et Saint-Jean du Bruel sont les premières à bénéficier de cette opération d'harmonisation de la signalétique urbaine entreprise et coordonnée par le Parc Naturel Régional des Grands Causses.
Au-delà d'une démarche d'embellissement des coeurs de village et de la volonté de créer une identité visuelle partagée par toutes les communes du Parc, il s'agit aussi de lutter contre la prolifération des panneaux d'affichage sauvage accrochés au petit bonheur au bord des rues et des routes. Le PNRGC et les municipalités, elles -mêmes clientes de l'opération, ne sont pas chargés de contrôler et  de sanctionner les afficheurs récalcitrants. Les services de l'état y pourvoiront à leur rythme.

Notre précédent article, paru dans Lou Païs Saint-Jeantais, hiver 2017 - 2018 /